Home Politique Pensée Azizetique/ PDG/ Bilie-By-Nze et Steeve Nzegho Dieko : les dessous d’une...

Pensée Azizetique/ PDG/ Bilie-By-Nze et Steeve Nzegho Dieko : les dessous d’une cohabitation politique aux apparences trompeuses.

0 628

Originaires de la Province de l’Ogooue Ivindo, l’un Premier ministre, Chef du gouvernement et par ailleurs, Chef de la majorité parlementaire, et l’autre, 4e Vice-président du Sénat et Secrétaire général du Parti au pouvoir ; les deux personnalités sont à cet effet, au cœur de la gestion stratégique du pays. Sauf que, la cohabitation politique entre les deux, semble être animée par un climat austère entretenu par leur entourage respectif en vue de semer la discorde entre eux et les affaiblir dans leurs actions, plutôt que de se compléter en formant un bloc face aux enjeux électoraux à venir, tel que voulu par leur champion Ali Bongo Ondimba.

Un climat délétère qui, nous rapporte t-on, ne saurait renforcer les acquis de leur formation politique cinquantenaire. Les partisans de ces deux fils originaires de l’Ogooué Ivindo, à l’origine des querelles intestines, n’entendent pas lâcher prise, car, le but visé par cet imbroglio est, à ce qu’il semble, la chute de l’un ou l’autre dans un contexte politique à haut risque où la donne politique devient sensible chaque jour que l’on s’achemine vers les élections. Une période ou règne l’art des coups invisibles agrémentés par des évictions et autres remplacements.

Selon les supporters de Bilie-By,Nze, Steeve Nzegho Dieko ne jouit d’aucune légitimité, et n’aurait jamais fait ses classes au sein du Parti présidentiel. Quels sont ses états de services pour être parachuté à la tête du Secrétariat exécutif ? S’interrogent t-ils.

Selon les soutiens d’Alain Claude, Steeve Nzegho aurait tout fait pour barrer la route à Bilie-By-Nze afin qu’il n’accède à la haute fonction de Premier ministre, chef du gouvernement, et ce, pour éviter que deux fils de l’Ogooué Ivindo ne se retrouvent en même temps à la tête de ces deux principales fonctions de la gouvernance du pays, foulant aux pieds la notion des équilibres géopolitiques. Car, par respect de ce principe stratégique, l’Ogooué Ivindo ayant déjà bénéficié de la nomination de l’un des leurs au prestigieux poste de Secrétaire général du Parti présidentiel, cette même province ne devrait plus se voir attribuer en plus, celui de Premier ministre, Chef du gouvernement,. Disent t-ils.

Par voie de conséquence, entre les deux personnalités originaires de la même province, les détracteurs de Steeve Nzegho Dieko estiment que ce dernier devrait libérer le fauteuil de Secrétaire général du Parti. Car, Martèlent-ils, qu’il ne dispose aucune étoffe, ni de charisme, encore moins la maturité dans la gestion des ressources humaines. Avant d’ajouter que ses rapports avec bon nombre de membres du Secrétariat exécutif sont exécrables. Car, il a des problèmes avec tout le monde.

Du coup, les anti Steeve Nzegho Dieko estiment qu’il n’est nullement à la hauteur pour diriger le Parti, encore moins pour fédérer véritablement autour du Distingué Camarade Président Ali Bongo Ondimba.

Des propos que ne semblent pas apprécier les proches de Steeve Nzegho. Pour eux, Steeve, contrairement à Bilie–Nze, est un intellectuel, pour ne pas dire universitaire et, jouit d’une forte crédibilité. Ils laissent entendre qu’Alain Claude ne peut rien apporter à la victoire du Président Ali Bongo. Brandissant comme preuve, ses états de service politique dans l’Ogooue Ivindo, notamment à Makokou, où ils estiment que ce dernier est perçu comme un véritable repoussoir par des personnes issues de sa communauté.

D’ailleurs, les détracteurs de Bilie-By-Nze, n’hesitent de rappeler que le Chef de l’Etat a été battu à plate couture lors des élections présidentielles 2016 chez lui à Ngouabi. D’après eux, face à cet échec, ils trouvent que ce dernier a fait son temps. Le chef de l’Etat a besoin des nouvelles énergies, c’est pour cela qu’il a choisi Steeve Nzegho Dieko au point même d’aller l’honorer à Makokou devant l’opinion.

Des arguments que réfutent les Bilie-By-Nze boys, qui, selon eux, rappellent que Bilie-By-Nze a fait toute ses classes en politique, il a commencé au bas de l’échelle jusqu’à devenir Premier ministre aujourd’hui. Donc, affirment t’ils, c’est un vrai politicien. Il jouit d’une forte expérience politique, il a des entrées au sein de l’opposition et dans la majorité. Il s’est forcé un destin et dispose d’une forte capacité à encaisser les coups, contrairement à Steeve Nzegho qui n’a aucune base politique ; Il n’a jamais affronté le terrain, encore moins l’adversité. Si ce n’est des théories dans les amphithéâtres.

Avant d’ajouter, pour le rappeler, que Steeve Nzegho n’est qu’un Sénateur nommé et non élu. En sa qualité de Secrétaire général du Parti au pouvoir, il est inconnu du bataillon politique. Il ne dispose d’aucune légitimité pour occuper cette prestigieuse fonction. C’est maintenant qu’il côtoie le terrain depuis qu’il a été nommé Secrétaire général. De plus, il ne cesse de briller par la division au lieu de fédérer dans l’Ogooue Ivindo. Même avec les gens qui l’ont nommés au Secrétariat exécutif, les rapports ne sont plus au beau fixe entre ces derniers et lui, au point même de faire virer certains proches de ses mentors d’hier au Secrétariat exécutif. Déplorent t-ils.

Pour couronner le tout, ces contestataires s’interrogent en cherchant à savoir pourquoi aujourd’hui, cela fait plus de deux mois que le Congrès est terminé, mais aucune nomination n’est faite jusqu’à ce jour ?

Faux ! rétorquent, les hommes de Nzegho ! En dépit de son éloquence, Bilie-By-Nze, ne saurait réellement convaincre n’importe quel quidam à voter pour le candidat naturel ; Il ne peut diriger la campagne présidentielle, et ce, pour éviter que les mêmes causes ne produisent les mêmes effets comme en 2016. C’est le Parti qui devrait gérer l’élection présidentielle et non le gouvernement Bilie-By-Nze. Sinon, nous irons au casse pipe, si ce dernier insistait coûte que coûte à vouloir gérer la campagne. Alertent t-ils.

Des avis que ne semblent pas partager les soutiens de Bilie-By-Nze qui, estiment que c’est la victoire du Chef de l’Etat qui est au coeur de leurs préoccupations et non la division et les règlements de comptes qui semblent être la marque de fabrique de Steeve Nzegho. Tant entendu qu’il n’hésite pas à régler les comptes à ceux qui sont proches de Bilie-By-Nze, comme Prisca Koho par exemple dans l’Ogooue Ivindo, en sa qualité de Secrétaire national. Révèlent t-ils.

Cette attitude, rappellent t-ils, peut également se justifier sur la désignation des membres du Parti devant prendre part à la concertation politique, et qui, ont été à la réunion préparatoire, dont les noms de certains cadres du Parti ont été enlevés par des simples humeurs de Steeve Nzegho. Des faits qui, selon eux, seraient des signes annonciateurs des règlements de comptes lors des nominations du 13 Mars prochain. Craignent t-ils.

Fort de ce qui précède, les anti Nzegho réitèrent que l’Ogooué Ivindo n’a plus besoin d’un Secrétaire général, dès lors qu’elle dispose d’un Premier ministre, chef du gouvernement. Car, il faut tenir compte d’une meilleure redistribution des cartes, en cédant le poste de Secrétaire général à une autre province. Parce que, si ce dernier est maintenu, il conduira le Parti au bord de l’implosion. Avertissent t-ils.

Des propos que ne veulent pas entendre les partisans de Steeve Nzegho, car pour eux, c’est Bilie-By-Nze qui constitue un véritable danger au sein de l’opinion pour la victoire du Chef de l’Etat et non le Parti. Or, Steeve Nzegho vient avec des nouvelles stratégies pour plus d’efficacité.

Contrairement à Bilie-By-Nze, qui, maladroitement, veut mettre le Comité de suivi sur les recommandations de la concertation politique. N’est-ce pas déjà un mauvais signal ? S’interrogent t-ils. Avant de rappeler qu’il ne peut être juge et partie. C’est les signes avant coureurs qui laissent penser que Bilie-By-Nze veut tout embrasser. Pour sûr, il risque donc de nous conduire au précipice ; Il a cherché par tous les moyens a être Premier ministre. C’est tout ! Ne comptons pas sur lui pour un quelconque miracle. Qui trop embrasse, mal étreint. Concluent t-ils.

Au regard de la configuration de la cohabitation politique entre l’occupant du fauteuil du 2 décembre et le locataire du siège de Louis, il est clair qu’on ne saurait se fier aux apparences. Car, chaque jour qui passe, révèle le climat morose qui se dissimule entre les deux personnalités issues du même Camp politique à en juger par la sortie du Chef de la majorité parlementaire aux côtéx d’Eloi Nzondo lors de sa rentrée politique. Un climat austère qui lui a valu une suspension de deux mois au point où, bon nombre d’observateurs de la vie politique gabonaise qualifient la sanction de ce dernier, comme une guerre entre l’Ogooue Ivindo contre l’Ogooue Ivindo, et ce, à quelques semaines de la présidentielle. Bref, face à ce qui se trame dans leur cohabitation, qui de ces deux hommes forts, s’en sortira sans y laisser ses plumes ?… Seul l’avenir nous édifiera.

Azizetiquement vôtre !

Ali Akbar Azizet, Journaliste d’investigation politique, Conseiller politique indépendant, spécialiste du Gabon.

NO COMMENTS

Leave a Reply