Home La Une Gabon/ Les Femmes Médiatrices, formées par un Expert de l’OIF, en Leadership,...

Gabon/ Les Femmes Médiatrices, formées par un Expert de l’OIF, en Leadership, Négociation et Médiation.

0 256

En mission d’observation du Dialogue national inclusif, le Dr Said Abass AHAMED, Expert International en Médiation et dialogue politique, commis par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), a accordé ce jeudi 11 avril 2024, à la demande du Réseau National des Femmes Médiatrices de Paix du Gabon (RENAFEM-GA), une session de formation de quelques heures sur le thème : « Leadership ; Négociation et Médiation », en prélude à la Célébration de la Journée Nationale de la Femme, le 17 avril 2024.

L’Expert international de l’OIF, formant les femmes Médiatrices du RENAFEM-GA.

En effet, cette importante séance de transfert de compétences offerte aux femmes Médiatrices gabonaises par l’expert de l’OIF, qui s’est déroulée au siège de la Représentation pour l’Afrique Centrale de l’Organisation Internationale de la Francophonie (REPAC/OIF), avait pour objectif : d’Identifier les obstacles du leadership des femmes au Gabon ; d’acquérir les outils nécessaires pour atteindre l’excellence dans les différents domaines de la société ; d’outiller les femmes sur les notions de leadership, négociation et médiation ; et enfin, d’analyser quelques portraits de femmes et d’hommes ayant marqué leurs temps.

La Présidente du RENAFEM-GA, Élisabeth Ngoua Mbina, présente lors de la formation…

En outre, cette formation était l’occasion d’identifier les principaux obstacles à l’éclosion du leadership des femmes gabonaises. En plus des pesanteurs socio-culturelles, du manque de formation, d’accompagnement, des mentalités, de l’absence d’autonomisation etc., la principale barrière, en Afrique en général, demeure la crise de l’initiative.

L’une des femmes Médiatrices, s’adressant à l’expert pour une meilleure compréhension...

Cela dit, l’initiative de renforcement de capacités entreprise par le RENAFEM-GA s’inscrit dans le cadre de son programme d’activités qui met un focus sur la formation et la capacitation des femmes.

C’était l’occasion pour toutes les femmes membres du RENAFEM-GA qui y ont pris part, de comprendre que toutes les personnes qui se sont distinguées à travers le monde ont dû prendre des initiatives, sortir de leur zone de confort et dépasser leurs limites. C’est ce que les femmes doivent faire et ne pas attendre qu’on vienne les chercher. « Si certaines l’ont fait, à l’exemple d’Ellen JOHNSON, de Leymah GBOWEE, vous pouvez aussi le faire », a affirmé le formateur.

De manière pratique, plusieurs astuces et conseils ont été partagés au cours de cette formation, et ce, en matière de négociation, à savoir : l’écoute active ; interroger son interlocuteur pour obtenir le maximum d’informations ; parler en s’interrogeant ; faire une autocritique après chaque intervention ; avoir la posture qui sied ; connaitre la psychologie de son interlocuteur ; être suffisamment informé sur les points et questions qui seront abordés etc.

Cependant, il importe de rappeler que le Gabon est engagé depuis le 30 août 2023 dans une transition politique conduite par le Comité pour la Transition et la Restauration des Institutions (CTRI), qui s’est donné pour principale missions de restaurer les institutions. Les grandes étapes de ce processus ont d’ailleurs été déclinées dans le chronogramme de la Transition issue de la feuille de route proposée par le CTRI.

Aussi, le Dialogue National Inclusif (DNI), qui se tient depuis le 02 avril au stade d’Angodjé, constitue l’une des phases importante de ce processus. Prévu s’achever le 30 avril 2024, les participants au Dialogue ont un mois pour refonder les Institutions et penser le Gabon nouveau, plus juste et plus inclusif pour tous.

En somme, à la fin de cette séance de formation, quatre (04) recommandations ont été formulées par les femmes Médiatrices, à savoir : Identifier cinq (5) thématiques dans lesquelles les femmes médiatrices souhaitent être formées ; Créer des groupes pour mettre en œuvre des projets agricoles pour sortir de la précarité et contribuer au développement économique (ex. du projet une famille 50 ruches à Madagascar) ; Identifier dans la société des besoins auxquelles les femmes peuvent répondre en créant de la valeur ; Organiser un voyage d’observation et d’études des femmes au Rwanda, qui est un modèle en Afrique en matière de droits de femme et de parité dans les sphères décisionnelles.

Pour clore, à l’issue de cette session, les femmes se sont dits satisfaites de la qualité et de la pertinence des informations reçues et ont exprimé le besoin d’en avoir d’autres, qui pourraient s’étendre sur plusieurs jours pour un enseignement plus élargi.

Récit/Peuple Infos

NO COMMENTS

Leave a Reply