Home Actualité Gabon/ Fiacre Mpako Ngoma attire l’attention d’Oligui sur les mobiles qui ont...

Gabon/ Fiacre Mpako Ngoma attire l’attention d’Oligui sur les mobiles qui ont entraînés sa baisse de popularité

0 443

Après avoir mobilisé en masse, dimanche 18 février dernier, les ressortissants du 2ème siège de la Loué résidents et de passage à Libreville, autour de l’association Mini Manè dont il est le Président-Fondateur, dans le cadre de la relance des activités de développement local et, en vue des préparatifs de sa Tournée dans le département de la Zadié, Mekambo, Fiacre Mpako Ngoma, dans sa veste de leader du Parti l’Alliance Démocratique Populaire (ADP) a jugé opportun d’attirer ce mardi 27 février 2024, l’attention d’Oligui, sur les mobiles de sa baisse de popularité progressive observée dans les réactions de l’opinion publique.

Fiacre Mpako Ngoma, Président du Parti l’Alliance Démocratique Populaire, ADP, et Président-Fondateur de l’Association Mini Manè

En sa qualité de Guide d’un Parti politique centriste, et/ou équilibriste, et en étant que citoyen gabonais épris d’amour pour sa patrie, il a tenu à interpeller le Président de la Transition, Chef de l’Etat, le Général de Brigade Brice Clotaire Oligui Nguema, sur l’imbroglio observé du haut de son pouvoir, dans le processus de gestion de la Transition. Dans l’alerte lancée par l’enfant prodige de Mekambo, il souligne sans langue de bois, que la majeure partie du peuple gabonais ne se retrouve plus dans les choix et les options de gouvernance entrepris par celui qui hier, plus précisément le 30 août dernier, avait bercé les cœurs des gabonais dans un discours libérateur et plein d’espoir.

Le leader Fiacre Mpako Ngoma et les ressortissants du département de la Zadié, lors de la relance des activités de l’association Mini Manè.

Le numéro un de l’ADP, estime que bon nombre de compatriotes qui ont crus au « coup de la liberté » prôné par Oligui, éprouve désormais la déception au regard du « copier-coller » du régime Bongo-PDG déchu, dont fait montre l’homme en treillis à mesure que les jours avancent, et ce, par le biais des manœuvres impopulaires et contradictoires au serment qu’il a prêté et aux objectifs qu’il s’est fixés au départ pour la restauration des institutions. Or, le peuple s’attend à une vision focalisée sur la promotion de la démocratie et, à un engagement républicain pour le retour à l’ordre constitutionnel, au lieu de verser dans le populisme. Une dérive qui évapore peu à peu les espoirs d’un peuple qui se pose désormais la question de savoir s’il a été dupé et trahi dans sa liesse historique du 30 août dernier.

« Il importe de rappeler que le CTRI a une vision ; cette vision, c’est la restauration des institutions. Mais je suis désolé de voir le Président de la transition lancer plusieurs chantiers comme s’il était un chef d’Etat élu, qui a un projet de société ; qui a une gouvernance, qui a un caneva souverain à suivre ».

Conscient du fait que, « qui trop embrasse mal étreint » le leader de l’ADP, Fiacre Mpako Ngoma, exhorte le Président de la Transition à rester focus sur la mise en œuvre de la feuille de route consacrée à la restauration des institutions […] plutôt que de briller dans les effets d’annonce ; les nominations inopportunes ; les emprunts et l’endettement du pays ; les investissements financiers lourds improvisés et précipités ; les promesses d’emploi irréalistes faites aux jeunes chômeurs etc. Autant de facteurs qui ont contribués à rabaisser son taux de popularité à moins de six mois seulement. Estime t-il.

« Aucune armée au monde ne peut être à la tête d’un pays pour construire. A moins qu’Oligui parte de l’armée pour devenir civil. Ça c’est un autre pan. Mais pour le moment, il doit se concentrer dans la restauration des institutions. Et non cette affaire de copins et coquins. Chaque jour les nominations remises en cause. Il n’est pas obligé de le faire ! Parce que cela a un coût dans la masse salariale, alors qu’aujourd’hui, le panier de la ménagère est toujours vide ».

Par contre, l’homme d’affaires natif de Mekambo, adjuge le dialogue national. Tant entendu qu’il fait partie d’une étape importante vers la restauration des institutions. « Il faudrait qu’on dialogue pour qu’on trouve des concensus. Ça, c’est normal que toutes les intelligences se retrouvent. C’est normal pour qu’on parle des choses du Gabon. Bon ! Toutefois, après le dialogue, ce qu’il faut espérer, c’est qu’il y ait les résultats applaudis par tous« . A-t-il conclu.

A Oligui de revoir sa copie !

Valéry M

NO COMMENTS

Leave a Reply