Home Société Pensée Azizetique/ La nomination d’Ousmane Cissé pouvait-elle se justifier par l’incompétence de...

Pensée Azizetique/ La nomination d’Ousmane Cissé pouvait-elle se justifier par l’incompétence de son prédécesseur ?

0 383

Après la démission d’Ousmane Cisse, les agents de la société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) et les usagers de cette structure para étatique n’ont toujours pas compris les mobiles qui avaient motivés la nomination d’Ousmane Cissé à la tête de la Direction générale de l’entité qui détient le monopole au Gabon en matière d’eau et d’électricité. D’autant plus que, cette nomination, en dépit des enjeux financiers plus ou moins soulevés par les syndicats-maison, aura une fois de plus, révélé la légèreté dont témoigne le chefaillon du cabinet du Président de la République en terme de conseils.

L’éphémère DG de la Seeg, Ousmane Cissé, pointé du doigt il y a quelques temps…

Les proches du Chef de l’Etat, responsables de toutes la cacophonie que traverse la Seeg, auraient même ignoré que Gustave Mayi et son Directeur général adjoint en charge du volet technique, Tony Manga, ont atteint depuis plus d’un an l’âge de la retraite. Donnant ainsi, l’aubaine à ces derniers, de s’auto payer les services rendus durant leur exercice à la Seeg. Voilà au moins un fait qu’on pouvait reprocher à nos compatriotes évincés. Mais, ne saurait justifier leur remplacement par Ousmane Cissé.

En effet, pour les virer, il fallait au moins ressortir les anomalies administratives qui suscitent entre autres, des conflits d’intérêts, des malversations financières et, par conséquent, qui contribuent à tuer la poule aux œufs d’or. Mettant ainsi en mal le mieux-être de la structure vis-à-vis de sa clientèle et ternissant ses missions et services publiques à l’instar des projets dénommés  » Îlot TCHOBO », « BIZANGO », Ça M’ÉTONNE ».

Or, il nous revient qu’un plan d’investissement engagé se poursuit actuellement dans l’optique de l’amélioration du quotidien des populations en dépit des pesanteurs multiforme. On peut citer entre autres l’initiative « Ebacartar » dans le sixième arrondissement de la commune de Libreville et Ntchengue dans la province de l’Ogooue Maritime. Cet investissement révèle la Santé financière de cette entreprise chère au Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba en dépit de l’inflation marquée par la hausse du prix du carburant et du Gaz et, une augmentation vertigineuse sur les pièces de rechange et le renouvellement des équipements.

Toutefois, ces investissements ne peuvent générer de revenus de manière pérenne que si et seulement si la gestion financière temoigne d’une orthodoxie et/ou d’une maîtrise des charges. Et à ce point de vue, nos compatriotes virés s’en sortaient du mieux qu’ils pouvaient. De ce fait, il faut se rejouir de ce que cette société classée au rang des poumons de l’économie du pays, malgré la insuffisances de gestion dont on peut reprocher à nos compatriotes nommés à sa tête, n’ait jamais été, déclaré en cessation de payement, ou d’arriérés des salariés du personnel.

Cela dit, rien ne peut expliquer le choix d’Ousmane Cissé par le Conseil d’administration. Car en réalité on ne saurait justifier la mise en écart de son prédécesseur du fait de la mauvaise gestion. Certes, des manquements peuvent être observés dans leur bilan, néanmoins, l’essentiel était régulièrement assuré a son passage. Le cas échéant, on comprend aisément qu’il ne s’agissait pas de l’incompétence, mais plutôt, d’un simple remplacement. Toute chose qui, explique la grogne des partenaires sociaux et le soulèvement de l’opinion à l’annonce de la nomination d’Ousmane Cissé d’origine sénégalaise au poste stratégique de Directeur général de la Seeg.

Dorénavant, le gouvernement par l’entremise du Conseil d’administration de la Seeg, devrait faire preuve de sagesse et de rigueur dans le choix des hommes afin que ce genre d’égarement loin de la xénophobie, ne se produise plus. D’autant plus que cette société à besoin se sentir plus que jamais, dans une situation de stabilité et de bonne gouvernance impulsées par le Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, et exécuté par le gouvernement Bilie-By-Nze, et ce, dans le souci de l’amélioration des conditions de vie des populations gabonaises.

À suivre….

Azizetiquement votre !

Ali Akbar Azizet

NO COMMENTS

Leave a Reply