ondo

BUB

Home International

0 714

A Madagascar, les organisations de la société civile unissent leurs forces pour le respect des droits humains et organisent un séminaire de trois jours sur ce thème. Selon elles, le pays a encore des progrès à faire en la matière, notamment concernant l’accès à la terre, le droit à un travail décent, mais aussi la protection des militants écologistes. Ces derniers mois, ils sont plusieurs à avoir été arrêtés et emprisonnés pour avoir défendu les ressources naturelles de Madagascar.

L’angoisse des militants écologistes malgaches, Clovis Razafimalala la connaît bien. Par précaution, sa femme et ses enfants ne vivent plus avec lui. Depuis dix ans, il s’évertue à dénoncer les trafics de bois de rose dans les forêts de sa région, dans le nord-est de Madagascar.

Arrêté en septembre 2016, Clovis a passé dix mois en prison en attendant son procès. Accusé, entre autres, d’incitation à la rébellion, il est finalement condamné en juillet dernier, à cinq ans de prison avec sursis : « C’était un moyen de me faire taire à mon avis. Je ne peux pas trop parler depuis cinq ans. Je ne peux pas dévoiler quelque chose concernant les trafics. Je conserve la forêt. Cela dérange beaucoup parce que j’ai eu beaucoup de menaces en faisant mon travail, des menaces de mort ».

« C’est très dangereux d’être activiste à Madagascar »

Parmi la dizaine d’organisations de la société civile qui se sont rassemblées pour défendre les droits humains, l’Alliance Voahary Gasy, la plateforme des associations environnementales malgaches. Et son président Ndranto Razakamanarina connaît bien les risques encourus par les activistes : « C’est très dangereux d’être un activiste à Madagascar. La société civile ne se taira pas malgré que les autorités ne nous écoutent pas toujours. Ce que nous attendons, c’est que ces gens-là qui luttent pour le bien des ressources naturelles à Madagascar puissent avoir leurs droits aussi. Parce que vous savez qu’il y a quatre activistes qui ont été incarcérés pour des raisons qui sont fausses, selon nous. Et on voudrait vraiment la protection de ces activistes et de leur famille ».

La dernière arrestation d’un activiste environnemental date du mois dernier. Il a été condamné à deux ans de prison avec sursis.

ACTUALITE

0 5
Les propos jugés "tribalistes et malveillants" par les Altogovéens, diffusés à travers les réseaux sociaux par Pierre Claver Maganga Moussavou, suscitent des réactions amères...

POLITIQUE

0 155
A peine essayé de rendre visible une réalité qui ne l'est pas, que la panique et la peur gagnent le camp de Rose Christiane...

ECONOMIE

0 112
Du 15 au 21 novembre, la GSEZ Nkok (Gabon Special Economic Zone) a organisé des journées portes ouvertes accessibles à tous afin de faire...

SOCIETE

0 28
Face aux rumeurs et allégations qui circulent sur les réseaux sociaux, et la recrudescence de concitoyens se présentant à son siège d’Owendo avec de...

FAITS DIVERS

0 124
COMMUNIQUE : Le 14 novembre 2021 au PK 79+400-500, des actes malveillants ont été perpétrés sur la voie ferrée par des individus non identifiés....

CULTURE

0 99
Sensible à la cause des couches sociales les plus défavorisées, l'organisation non-gouvernementale, A.H.S.P Takhawou Askan-Wi, a initié une tournée de distribution des cadeaux de...

INTERNATIONAL

0 643
RUPTURE DES ACCORDS COLONIAUX AVEC LA FRANCE : Après "l'indépendance" 14 pays francophones ont signé 11 accords avec la France je vais vous citer...

SPORT

0 42
Les Etalons du Burkina Faso, très remontés par leur dernière défaite (2-0) face aux Panthères du Gabon lors de la Coupe d'Afrique des Nations...