ondo

BUB

Home Politique

0 112

C’est la question qui taraude sans cesse les esprits de bon nombre d’observateurs de la vie politique du Parti au pouvoir depuis la mise en place par le Président du Groupe parlementaire PDG, Martin Mabala, d’une structure en vue de déterminer en amont des stratégies de pré campagne à la faveur de l’élection présidentielle prévue pour le mois d’août prochain dans notre pays.

Le Député Martin Mabala, initiateur de la Commission Stratégique de précampagne (CSP)

Ladite structure, dénomée : Commission Stratégique de précampagne (CSP), aura pour objectif, de formuler au groupe parlementaire des propositions concrètes et efficaces quant aux actions immédiates et progressives à entreprendre pendant la période qui précède l’élection du Président de la République.

Une très belle initiative certes, dans le fond, qui permettra aux députés d’être des portes étendard du candidat du Parti au pouvoir lors de l’élection présidentielle. Aussi, par la mise en place de cette commission, il va sans dire que les députés ne devraient pas attendre les moyens conséquent de la part du candidat Ali Bongo, pour se déployer dans leur différentes circonscriptions politiques. Ils devront donc compter sur leurs propres poches.

Toutefois, la question qui se pose est de savoir si en prenant une telle initiative actuellement, ne serait-elle pas jugée de prématuré, sinon indécente et inopportune du fait qu’ils n’aient pas attendu que le chef de l’Etat déclare officiellement sa candidature ? D’autant plus que nul ne peut lire dans la tête ou dans le coeur du Distingué Camarade, s’il sera partant à ce scrutin ou pas. Et ce, dans un contexte politique agité et plein d’incertitudes doublée de la longue attente des nominations des membres du bureau politique, du Conseil national etc .

Il aurait été plus judicieux de créer cette Commission peu après l’investiture du candidat, pour ne pas dire au cours du mois de mars par exemple. Estiment certains cadres du parti.

De plus, avec la formation du nouveau gouvernement Bilie-By-Nze, le Président du groupe parlementaire PDG devrait faire preuve de prudence et se référer au cabinet du Chef de l’Etat, ainsi qu’au Secrétariat exécutif pour éviter d’aller à contre-courant avec la stratégie globale préconisée par la hiérarchie du Parti.

A moins de prendre le risque en continuant à animer ladite Commission Stratégique de précampagne (CSP) à travers des séances de travail regroupant 22 députés membres désignés sur la base des critères méconnus. C’est d’ailleurs à ce titre qu’il est prévu Mardi 17 janvier prochain à l’Assemblée Nationale, une réunion de réflexion stratégique dont la présidence sera assurée par Paul biyoghe Mba, avec pour 1er vice-président, Jean François Ndoungou et 2e vice Prisca Koho.

Ce sera donc un act effectif qui, nul doute, suscitera davantage des interrogations au sein des salons feutrés et autres milieux autorisés. D’ailleurs, d’aucuns pourront y voir une manière habile pour le Président du groupe parlementaire de ressusciter « Dynamique Plurielle » comme ce fut le cas en 2016. Car, les mêmes causes produisant souvent les mêmes effets.

Azizetiquement vôtre !

Ali Akbar Azizet, Journaliste d’investigation politique, Conseiller politique indépendant, spécialiste du Gabon.

LIRE CI-APRÈS LA VERSION ANGLAISE DE CET ARTICLE

Azizetique thought/presidential – PDGs: deputies, future campaign managers in their respective seats ?

 

This is the question that has constantly tormented the minds of many observers of the political life of the Party in power since the establishment by the President of the Parliamentary Group PDG, Martin Mabala, of a structure with a view to determining in upstream of pre-campaign strategies in favor ofthe presidential election scheduled for next August in our country.

The said structure, called : Strategic Pre-Campaign Commission (CSP), will aim to formulate to the parliamentary group concrete and effective proposals as to the immediate and progressive actions to be undertaken during the period preceding the election of the President of the Republic. A very nice initiative certainly, in the end, which will allow the deputies to be standard bearers of the candidate of the Party in power during the presidential election. also, by setting up this commission, it goes without saying that the deputies should not wait for the substantial means from the candidate Ali Bongo, to deploy in their different political constituencies. They therefore rely on their own pockets.

However, the question that arises is whether by taking such an initiative now, would it not be considered premature, if not indecent and inappropriate, because of not having waited for the Head of State to officially declare his candidacy ? especially since no one can read in the head or in the heart of the Distinguished Comrade, whether he will be on board or not. And this, in a turbulent political context full of uncertainties coupled with the long wait for the appointments of members of the political bureau, the National Council, etc.

It would have been wiser to create this commission shortly after the nomination of the candidate, not to say during the month of March for example.

Moreover, with the formation of the new Bilie-By-Nze government, the President of the PDG parliamentary group should exercise caution and refer to the office of the Head of State, as well as to the executive secretariat to avoid going to against the current with the overall strategy advocated by theparty hierarchy.Unless you take the risk by continuing to animate the said Strategic Pre-Campaign Commission (CSP) through working sessions bringing together 22 members deputies, appointed on the basis of unknown criteria. it is for this reason that it is planned on Tuesday, January 17 at the National Assembly, a meeting of strategic reflection whose presidency will be ensured by Paul biyoghe Mba, with for 1st vice-president, Jean François Ndoungou and 2nd vice Prisca Koho.

It will therefore be an act that, no doubt, will raise more questions in cozy salons and other authorized circles. Moreover, some may see it as a clever way for the President of the parliamentary group to resuscitate « Plural Dynamics » as was the case in 2016. for the same causes often produce the same effects.

Azizetically yours!

Ali Akbar Azizet, Political investigative journalist, Independent political adviser, specialist in Gabon

ACTUALITE

0 37
Pour fignoler leur base relationnelle avec les populations du quartier Nseng Nkele en vue de partager au mieux l'ambition politique de leur champion Ali...

POLITIQUE

0 112
C'est la question qui taraude sans cesse les esprits de bon nombre d'observateurs de la vie politique du Parti au pouvoir depuis la mise...

ECONOMIE

0 104
Entrée en circulation le 15 décembre dernier, la nouvelle gamme de billets de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) a fait l’objet...

SOCIETE

0 32
Le 17 janvier 2023, vers 20h40, un train de ravitaillement de matériels pour le chantier de reconstruction de la voie a malheureusement heurté 4...

FAITS DIVERS

0 114
La nouvelle enflamme la toile et même les bas quartiers de la Commune d’Oyem, le Maire, premier magistrat de la ville serait à nouveau...

CULTURE

0 263
L'esplanade du Campus du groupe IHEM section Gabon, sis à STFO à la Peyrie, a servi de cadre ce lundi 09 janvier 2023, pour...

INTERNATIONAL

0 594
Le cache-sexe de la Françafrique a 72h pour quitter le territoire malien ! L'affaire des 49 mercenaires ivoiriens écroués au Mali depuis le 10...

SPORT

0 663
Pierre Alain Mounguengui, pointé du doigt pour sa gestion du football gabonais jugée approximative, voire chaotique, par ses détracteurs, demeure zen et impertubable à...