ondo

BUB

Home Editorial

0 1768

Les spéculations faites au tour de l’état de santé critique d’Ali Bongo, donne lieu à une multitude de perspectives imaginaires. La question de la vacance du pouvoir en cas du non retour du chef de l’Etat, est au cœur des débats publics et alimente la psychose. Et si on y arrivait finalement ? Pour les uns, un triumvirat serait mis en place par l’entourage immédiat du Président, en vue de maintenir absolument le système Bongo-Pdg au pouvoir, pour d’autres, il faudrait impérativement tenir compte de la victoire que revendique Jean Ping depuis 2016 à l’issue de la présidentielle à forte dose de contestation. Toutefois, quoiqu’on dise, l’hypothèse d’un nouveau scrutin présidentiel reste une probabilité si on s’en tient aux dispositions Constitutionnelles. Et si on y repartait, Jean Ping pense-t-il être capable de s’en sortir vainqueur ?

Le fauteuil présidentiel à palabre…

L’absence prolongée d’information persuasive sur l’état de santé réel d’Ali Bongo, suscite un climat alarmant et préoccupant dans l’esprit du peuple gabonais. Normal ! Toute nation à droit à un Chef ! Et, lorsque l’absence du Chef perdure sans être clairement justifiée, il est de bon aloi que le peuple s’interroger sur le sort qu’une telle situation pourrait réserver au pays. C’est à ce titre, que les leaders de toute la classe politique gabonaise, ainsi que le peuple tout entier, se bousculent afin de trouver une solution démocratique et pacifique, pour se sortir de l’impasse que pourrait causer la vacance du pouvoir. Sauf que, le plus difficile reste le choix de celui qui occupérait désormais le fauteuil présidentiel. Mais nous n’en sommes pas encore là !

A ce qui semble, Jean Ping et la résistance de l’hexagone, espèrent profiter de la situation critique de la santé du tenancier du pouvoir, Ali Bongo, pour prendre d’assaut le palais du bord de mer au moment venu. Ces derniers, au regard des messages brandis au Trocadero, excluent toute hypothèse d’une nouvelle élection présidentielle. Ils estiment que la victoire de leur champion reste d’actualité. Et, qu’il faudra tout simplement l’investir au moment opportun à la magistrature suprême. Ceci étant, ils n’entendent sous aucun prétexte, repartir dans l’urne, si jamais le camp adverse optait éventuellement pour cette voie. Mais, pourquoi refuseraient-ils cette option si tant est que, Jean Ping détient la légitimité ? Seuls, les esprits avisés savent de quoi il est question ! On ne joue pas avec le feu ! Un homme averti en vaut deux ! A suivre…

Valéry M.

ACTUALITE

0 5
Les propos jugés "tribalistes et malveillants" par les Altogovéens, diffusés à travers les réseaux sociaux par Pierre Claver Maganga Moussavou, suscitent des réactions amères...

POLITIQUE

0 155
A peine essayé de rendre visible une réalité qui ne l'est pas, que la panique et la peur gagnent le camp de Rose Christiane...

ECONOMIE

0 112
Du 15 au 21 novembre, la GSEZ Nkok (Gabon Special Economic Zone) a organisé des journées portes ouvertes accessibles à tous afin de faire...

SOCIETE

0 28
Face aux rumeurs et allégations qui circulent sur les réseaux sociaux, et la recrudescence de concitoyens se présentant à son siège d’Owendo avec de...

FAITS DIVERS

0 124
COMMUNIQUE : Le 14 novembre 2021 au PK 79+400-500, des actes malveillants ont été perpétrés sur la voie ferrée par des individus non identifiés....

CULTURE

0 99
Sensible à la cause des couches sociales les plus défavorisées, l'organisation non-gouvernementale, A.H.S.P Takhawou Askan-Wi, a initié une tournée de distribution des cadeaux de...

INTERNATIONAL

0 643
RUPTURE DES ACCORDS COLONIAUX AVEC LA FRANCE : Après "l'indépendance" 14 pays francophones ont signé 11 accords avec la France je vais vous citer...

SPORT

0 42
Les Etalons du Burkina Faso, très remontés par leur dernière défaite (2-0) face aux Panthères du Gabon lors de la Coupe d'Afrique des Nations...